EN DIRECT DU XXIème SIECLE

Accueil du site > 2002 > OBSCUROLAND

OBSCUROLAND

février 2002, par gerald cusin


Aux Etats-Unis, il y a de tout : le pire et le meilleur. Et même le meilleur du pire. Le Sunday Telegraph de Londres nous apprend que dans le Kentucky, au bord de l’Ohio, va s’ouvrir en 2004 un grand parc d’attractions : le « Musée de la Création. » Son but est de démontrer que Dieu a effectivement créé le monde en sept jours et que Darwin est un escroc d’envergure internationale. On pourra y voir une reproduction du paradis terrestre, de l’arche de Noé, des reproductions d’animaux (comme les dinosaures) qu’on présentera comme ayant vécu à l’époque d’Adam et Eve.

On rit moins lorsqu’on apprend que les constructeurs - l’association Answers in Genesis -, dont on connaît les liens avec les groupes de pression qui dans un certain nombre d’Etats, comme le Kansas avaient obtenu que l’enseignement des théories de l’évolution soit supprimé du programme des écoles , ont dépensé 14 millions de dollars (15,3 millions d’euros. ) pour ce projet. Son président Ken Ham a déclaré : « C’est une guerre culturelle. Il faut qu’ils sachent que nous arrivons. Nous ne faisons pas ça pour dire : ‘Voilà les preuves pour ou contre, à vous de décider.’ La Bible n’est pas un ouvrage scientifique, mais quand elle touche à la science, nous pouvons lui faire confiance, c’est la vérité. » On est renversé par la force de l’argument.

Au centre du parc se dressera un immense double hélice d’ADN, censée prouver que la complexité même de la chose rend impossible toute évolution fondée sur le hasard.

On ne sait pas si parmi les attractions prévues on trouvera à l’entrée, des serpents vous incitant à ne pas payer, et plus loin, dieu en train de fabriquer Eve à partir d’une côte d’Adam. Ou bien si une animation géniale montrera l’éternel séparant la Lumière des Ténèbres pour n’inventer le soleil que le lendemain, et voir que cela était c .., pardon, bon.

Si les hommes sont intelligents c’est grâce aux femmes

Toujours est-il que les scientifiques viennent de porter un coup terrible à la Genèse. Tenez vous bien, hommes, mes frères : La race humaine pourrait devoir son intelligence aux femmes et notamment à ses plus anciennes ancêtres qui eurent la bonne idée de choisir leurs compagnons plutôt en fonction de leur cerveau que de leur(s) muscle(s). La théorie selon laquelle les femmes passent plus facilement leurs capacités mentales à leur progéniture que les hommes et que les gênes de l’intelligence sont concentrés sur le chromosome X (la femme 2 X et l’homme XY, bandes d’ignares), n’est pas nouvelle ; elle a été avancée il y a trente ans par l’Américain Robert Lehrke.

Finalement, l’histoire d’Eve tendant la pomme à Adam, c’était un test de Q.I ! On comprend mieux. Eve voulait savoir si Adam serait assez idiot pour tomber dans le panneau. Il le fut, le fat ! Elle a réussi au-delà de toute espérance. Et Dieu, après avoir joué les gribouilles pendant une semaine, a continué son délire en les virant tous les deux. On le comprend, remarquez, d’un certain point de vue : Eve ne venait-elle pas de prouver que le summum de sa création avait le cerveau gros comme une cacahuète ? De plus, quand on se rappelle que l’homme avait été créé à son image …

Retombant sur terre, Eve s’est bien sûr éloignée de son double abruti, et l’a laissé tomber comme une vieille chaussette (c’est d’ailleurs de cette époque que date l’invention de la chaussette.) La petite futée a cherché partout comment transmettre ses mignons chromosomes X bien farcis de matière grise. Elle a donc proposé son test de la pomme au premier singe qui passait. Ce dernier - contrairement à ce qu’en disait Brassens, soit a dû préférer la femme au fruit, soit a monté la pomme et croqué la mignonne (prouvant qu’il avait donc de la suite dans les idées.) Et voilà comment un peu de zoophilie bien comprise a permis la perpétuation de l’espèce, qui quelques milliers d’années plus tard a donné naissance à l’homo sapiens sapiens. Pendant ce temps, tel un arbre sec, le père Adam n’avait plus qu’à se la brosser tout seul dans un coin sous le regard langoureux et torve du serpent à lunettes, à moins que le singe dont il a été question plus haut, n’ait pas été suffisamment rassasié : d’où, de toute façon, l’extinction de sa race (mais également, par contre coup, l’invention des hémorroïdes.)

Bien sûr, l’homo sapiens sapiens n’a pas été très fier de sa véritable origine. On le comprend aussi. Dès qu’une descendante d’Eve lui a enseigné l’écriture, il s’est empressé d’inventer toute cette histoire de Genèse dans laquelle la femme jouait le mauvais rôle, montrant ainsi qu’au fond, il n’était pas si con, même s’il était un peu lâche. C’est quand même pas les bonnes femmes qui vont nous en remontrer, non ?

Bonne visite.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette